Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les côtes de Thaïlande dévorées par la mer...

Ban Khun Samut Chin, Thaïlande... 

Ban Khun Samut Chin, Thaïlande
Ban Khun Samut Chin, Thaïlande

En apparence, Ban Khun Samut Chin est un village de pêcheurs thaïlandais idyllique. Pourtant, si on regarde vers l'horizon on se rend compte que quelque chose ne va vraiment pas. Immergée dans l'océan, une ligne de poteaux télégraphiques équidistants disparaît au loin. La route qui jadis était parallèle aux poteaux reliant les maisons, les fermes et les marchés ruraux sont introuvables. Tout ce qui est visible est un vaste océan.

Ce qui rend Samut Chin idyllique, la mer cristalline, la détruit également. La mer fait ce qu'elle a toujours fait : dans son mouvement rythmique habituel, elle va et vient, avançant et reculant, obéissant aux diktats du soleil et de la lune. Ce qui est inhabituel, c'est qu'elle le fait un kilomètre plus à l'intérieur des terres qu'auparavant.

Le temple de Ban Khun Samut Chin, Thaïlande
Le temple de Ban Khun Samut Chin, Thaïlande

Les climatologues parlent du réchauffement de la planète, les calottes polaires et les glaciers fondent et les eaux de la mer se dilatent, entraînant la montée des océans et perturbant ainsi le fragile équilibre de la Terre.

Le littoral majestueux de la Thaïlande, à seulement 50 km de sa capitale surpeuplée et chaotique, Bangkok, est maintenant sous la mer. Le village de Samut Chin dégage un isolement qui semble en contradiction avec sa proximité de la ville. Pour y arriver, il faut parcourir des autoroutes en béton et une série de ponts élégants jusqu'à ce que les routes deviennent de plus en plus petites et deviennent des chemins ruraux. Puis la route se termine brusquement parmi les mangroves et le voyage en bateau commence. Le batelier conduit la chaloupe à une vitesse vertigineuse, se faufilant et se frayant un chemin à travers l’eau noire et les racines arquées, pour arriver finalement à une jetée en bois sur pilotis. La dernière partie du trajet se fait à pied, en suivant le petit chemin jusqu'au centre du village.

Des digues de bambou et béton…

Des digues de bambou et béton…
Des digues de bambou et béton…

La destruction progressive de Samut Chin, due vraisemblablement à la déforestation des mangroves, à la construction de barrages sur les rivières en amont et maintenant à la hausse du niveau de la mer, a fait de nombreuses victimes dans cette communauté de pêcheurs autrefois florissante. Les villageois ont connu des difficultés psychologiques, physiques et financières. Beaucoup ont dû déménager jusqu'à huit fois, allant plus loin à l'intérieur des terres et s’éloignant de la mer. Des dizaines de familles ont été forcées de quitter les lieux. D'autres sont trop pauvres pour déménager et n'ont nulle part où aller.

Samorn Khengsamut, chef de village, une femme d'âge moyen avec l'énergie et la détermination d'un jeune homme, a déclaré que toute la communauté était angoissée. "Ban Khun Samut Chin est confronté à la montée de la mer et à l'érosion des côtes depuis plus de trente ans. Si cela continue et si nous devons nous déplacer à nouveau, nous craignons qu'il n'y ait plus assez de terres solides sur lesquelles vivre. Samorn dit qu’ils n’ont pas les ressources nécessaires pour se protéger efficacement contre l’érosion. "Nous avons construit des digues de fortune temporaires en bambou et en béton. Celles-ci ont un peu ralenti les dégâts, mais elles ne sont pas assez puissantes pour les empêcher."

Les villageois qui restent sont ceux qui sont propriétaires de leurs terres, qui se retrouvent maintenant sous l'océan. "Les actes de propriété ne valent plus rien et nous vivons maintenant sur des terres qui ne nous appartiennent pas", a déclaré Samorn, en parcourant une table couverte de plans et de cartes dans une réunion du conseil. Tous les bâtiments du village ont été submergés. Le village s'est déplacé vers les hauteurs à un kilomètre.

Tout ce qui reste…

Replanter de la mangrove pour lutter contre la mer
Replanter de la mangrove pour lutter contre la mer

L'eau qui avance a inondé les bâtiments sur son passage. Il ne reste que l’école locale au sommet d’un bloc de béton à peine visible dans les vagues déferlantes. Depuis leur nouvelle jetée, l'un des villageois regarde et montre de l'école, qui se trouve maintenant au milieu de l'océan.

Le seul bâtiment qui n’a pas été volé par la mer et qui a pu être relocalisé est le temple Samut Trawat. L'édifice bouddhiste se trouve à environ un kilomètre du nouveau village de Samut Chin. Il est relié au continent érodé par une longue passerelle en béton et constitue à présent un îlot.

Le temple Samut Trawat
Le temple Samut Trawat

Autrefois cœur spirituel et social de Samut Chin, la survie du temple semble symboliser la foi des moines dans leur communauté. Ils sont déterminés à ne pas céder encore plus à la mer envahissante. Par leurs propres moyens, ils ont fortifié le petit temple de l'île en construisant des digues en béton et en bambou et en plantant des gaules de mangrove.

Les moines du temple Samut Trawat disent que les populations locales ont reçu peu d'informations sur ce qui se passe dans leur environnement. Pendant la saison de la mousson, le mauvais temps frappe la côte du golfe de Thaïlande, inondant le temple. Les quelques moines résidents qui subsistent ont élevé le plancher du temple de près de deux mètres afin de pouvoir continuer à prier, loin du déluge qui se prépare.

Nulle part où aller…

Frêle jetée pour marcher sur les eaux
Frêle jetée pour marcher sur les eaux

Loin de Samut Chin dans les couloirs des communautés scientifiques, il existe de nombreux débats et beaucoup de scepticisme sur la question de savoir si le réchauffement climatique existe réellement. Bien que la plupart des recherches scientifiques se soient concentrées sur l’élévation des niveaux d’eau, certains scientifiques affirment que le niveau de la mer est en train de baisser. Une nouvelle étude utilisant le satellite ERS-2 de l'Agence spatiale européenne indique qu'au cours des 10 dernières années, le niveau de la mer dans l'océan Arctique a diminué en moyenne d'environ 2 mm par an. Cependant, l'étude n'a pas été examinée par des pairs.

Stefan Rahmstorf, physicien et océanographe, a un point de vue différent : "L'élévation du niveau de la mer va être un très grave problème pour l'avenir, aggravée par chaque tonne de CO2 émise", écrit-il. Et cela ne va pas s'arrêter en 2100 non plus, ajoute-t-il. Selon les recommandations du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) du GIEC, d'ici 2300, les niveaux de l’eau augmenteront d’un mètre à plus de trois mètres.

Les habitants des villages comme Samut Chin se trouvent au bord d'un océan envahissant. Ils n'ont pas le luxe de participer au débat sur le changement climatique car ils sont trop occupés à en combattre les conséquences. Alors que le monde scientifique s'emploie à trouver un accord, les pays les plus pauvres, qui, selon le GIEC, souffriront considérablement du changement climatique, se battent pour faire entendre leur voix. Parce que le monde industrialisé est historiquement plus responsable du réchauffement planétaire, ils devraient aider les pays moins développés sur le plan économique à gérer les conséquences du changement climatique, un sentiment exprimé par les villageois de Samut Chin.

Pendant ce temps, d'autres communautés côtières vulnérables, telles que Samut Chin, s'inquiètent davantage du nombre de centimètres que l'océan mangera le lendemain. "C'est très effrayant et stressant", a déclaré le chef de village Samorn.

Le désolation de la montée des eaux...
Le désolation de la montée des eaux...

N'ayant nulle part où aller, elle et les autres villageois espèrent désespérément trouver des solutions immédiates pour aider à inverser la tendance…

Le professeur Thanawat vient de mettre en place un système pour consolider la plage touristique de Pattaya, un peu plus loin sur le golfe. Grâce à des pains, composés de plusieurs matériaux laissant s’infiltrer les eaux de pluie, enfouis dans le sable, la station balnéaire a pu regagner plusieurs mètres de plage.

Plus de 700 kilomètres, soit un quart de l’ensemble du littoral thaïlandais, sont menacés d’érosion, selon les derniers chiffres du ministère de l’Environnement...

Des solutions commencent à immerger et les grosses entreprises sont invitées à y participer financièrement pour le sauvetage des côtes thaïlandaises...  

Replanter la mangrove contre l'érosion côtière... et pour sauver un temple... Le monde est concerné...

 

 

Visitez la Thaïlande avec Safarine Tours Thailand et profitez au maximum des événements et attractions du moment... Quelle que soit la période de l’année ! 

Safarine vous fait découvrir la Thaïlande authentique
Safarine vous fait découvrir la Thaïlande authentique

KANCHANABURI

La région boisée et sauvage de Kanchanaburi, à l’ouest de la Thaïlande présente un environnement encore préservé, varié et facilement accessible...

Liste des tours...

Chiang Mai

Surnommée la « Rose du Nord » Chiang Mai est ancrée dans l’histoire et bénéficie d’une belle architecture...

Liste des tours...

Ailleurs en Thaïlande...

Safarine tour vous propose des offres spéciales dans toute la Thaïlande. Découvrir la région du nord-est, région des cultivateurs du célèbre riz « Hom Mali » et suivre le cours du Mékong pour découvrir des paysages époustouflants...

Liste des tours...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Safarine News


Voir le profil de Safarine News sur le portail Overblog

Commenter cet article